Controverse Capitale

system
October 27

Suite au débat sur Masto provoqué par les refus opposés par le comité de sélection du Capitole du Libre aux propositions féministes alors que certains cumulent jusqu’à quatre créneaux horaires pour un total de 5h30 de temps de présentation, les petites singularités déclarent…

Au-delà de notre engagement de longue date dans la communauté du logiciel libre – qui précède de décennies la formation de notre association – que ce soit par l’organisation d’événements (THK, OFFDEM…), l’activation de communautés essentielles (SocialHub) ou encore la participation aux principaux programmes européens de soutien au logiciel libre pour lesquels nous sommes mentors (NGI0) et les différents projets de développement de logiciels décentralisés que nous avons porté (DREAM, INCOMMON…) cela fait des années que dans notre milieu nous nous heurtons à une domination parfois agressive des représentations occidentales et patriarcales qui nourrissent la reproduction systémique dans les milieux technologiques, ce qui nous l’expliquons dans nuit au développement des technologies singulières. Nous avions choisi de proposer au Capitole du Libre les projets féministes d’organisation communautaire (3TS) et de fiction spéculative (THX) que nous menons depuis plusieurs années.

Nous n’en avons pas débattu longtemps : cela nous semblait évident et adapté à la réalité toulousaine que nous connaissions déjà par nos interventions au THSF et précédemment au Capitole du Libre. Ces propositions ont été refusées, mais ce ne sont pas les seules : les propositions de La Résille ont également été refusées, en y réfléchissant, ce n’est pas une coïncidence ni une surprise, cela témoigne de l’orientation excluante de la communauté du « Libre » en France. Le refus d’une proposition ne motive pas une telle réaction de notre part : en effet, les raisons invoquées par le comité de sélection (« beaucoup de propositions géniales ») sont inacceptables. Cette réthorique insulte l’intelligence collective de la communauté du « Libre » qui n’est pas dupe. Certain·e·s cumulent les créneaux, parfois jusqu’à quatre interventions.

Alors, pour faire un point rapide sur cette question, du côté de @ps nous organisons des événements où nous travaillons avec les espaces de résistance et mettons en priorité la représentation de la majorité (qui n’est ni masculine ni blanche) donc non : nous ne louerons pas une salle pour pallier aux manques du Capitole.

Nous nous sentons vraiment de plus en plus éloigné·e·s de ce milieu raciste et sexiste et tout en continuant à développer une culture libre nous mettrons notre expertise à disposition ailleurs dans les années à venir, que ce soit dans des projets d’éducation citoyenne (Hack2o) ou proprement féministes (Jeu Videa) ou encore par le biais de l’édition (THX) . Nous entamons cette transformation car dans le milieu libriste le message ne semble pas passer et les efforts pour intégrer les questions décoloniales qui fleurissent tout naturellement dans bon nombre de milieux alternatifs aujourd’hui ne percent pas la carapace masculiniste des marchands du Libre dont les aspects politiques se perdent derrière les façades fonctionnelles et « innovantes » – qui nous portent à croire que l’informatique privative et le capitalisme de surveillance ont fait main basse sur le milieu et ont tu(é) tout esprit critique et autocritique. Nous ressentons aujourd’hui le besoin et le désir d’organiser des événements dans d’autres géographies, hors de cette communauté fermée sur elle-même.